Me voici …




A quoi ça sert qu’on se décarcasse ?

A rien ?
A tout ?
Tout autant passe le vent  qui fait taire les passants
Tout passe et rien ne sert
C’est ce que l’on entend souvent
Rien ne serre le temps qui passe, ni les doigts, ni les lèvres, ni le fer de l étau qui te dit de ne rien faire et encore moins les questions sur le temps qu’il fait, qui s’entrelacent au comptoir des cafés des petites places
Et pourtant ….

A quoi ça sert qu’on se décarcasse ?

A rien ?
A tout ?
Tout à coup, face à face, s’effacent les estrasses quand on prend le temps de changer la crasse en ficelle, la ficelle en dentelle et la dentelle en chants
Finis les tourments
Tu m’entends ?
Je fredonne, je chante, je loue, je rends grâces
Perçois-tu les remerciements de ceux que tu croyais carcasses, qui sans trépasser ont donné leurs vies au temps ?
Entends-tu les égards des anciens fracassés grâce à toi réconciliées avec le Temps ?
A quoi ça sert qu’on se décarcasse ?
Juste à mettre des poussières d’Espoir dans certaines carcasses cabossées par le temps qui passe
Juste à ça
Juste pour les autres
Juste un peu
Un tout petit peu
A petits pas pressants
Essaie toi aussi
Vis
Ris
Crois
Déclare
Proclame
Une pincée de beau offert aux temps qui froisse
La peur s’efface
Ecoute …

« J’entendis la voix du Seigneur disant :
-         Qui enverrais-je et qui marchera pour nous ? 
Je répondis :
-         Me voici, envoie-moi ! »  Esaï 6 .8

A quoi ça sert qu’on se décarcasse ?

J’ai jeté une poignée de mots au vent
Il a pris le temps d’en faire un bouquet de joie sauvage
J’ai cueilli une gerbe d’amour  en remerciements
Me voici
Je vous offre à mon tour sa vie, son précieux chant qui illumine ma carcasse…

Annick SB    octobre 2018

Thème d'écriture chez les Impromptus