Gloire à Dieu ...

 


Tu m’as prise par une main et par deux et par les yeux et puis la bouche et par le cœur et les sanglots et tu as attendu que ça se dépatouille, que ça se rembobine, me soufflant la patience qui ne m’habitait pas.


Les rubans des marque-pages dépassent toujours des livres.


Tu m’as prise dans tes bras et lentement posé sur un lit ou une chaise, sur des bancs et canapés me laissant ouvrir Ta Parole et doucement la chuchoter.

Les sièges sont devenus le trône où tu me confiais Ton Trésor.

J’ai jonglé avec des versets.

Je les ai pris à pleine main, soupesés, tordus, traduits, déformés.

Parfois, j’ai jeté certains versets qui me blessaient.

Ça me faisait pleurer de ne pas tout comprendre, de ne pas tout accepter.

Je voulais devenir comme les autres, me fondre, me confondre…

Et comme je faisais fausse route, tu m’as repris par la main et puis par l’autre et tendrement tu m’as bercée.

Ta Lumière m’a protégée, réchauffée et ma foi est devenue cocon.


J’ai tiré sur le marque-pages et j’ai pu lire ce beau verset :

 

« Tout ce que ta main trouve à faire, avec ta force, fais-le… »

 

Et tu me connais Seigneur, je ne peux m’empêcher de le transformer et de le compléter !

Alors oui, je suis prête Seigneur, je suis prête pour toi, je le sens, je le sais ; tu as conquis mon cœur.


Je peux le déclarer, où que je sois, Seigneur, tout ce que ma bouche trouvera à dire, avec Ta force, je le dirai…


Je te rends grâce Seigneur pour qui tu es et la douceur avec laquelle Tu m’as peu à peu transformée…

 

Annick SB

 

 Août 2021  - Retraite spirituelle au Bienenberg -